Projets

 

Projets lancés

Soutien à l’exposition de la Cité des sciences et de l’industrie consacrée au feu

Le Conseil d’administration du Fonds AFNOR pour la normalisation a décidé de soutenir la Cité des sciences et de l’industrie pour la mise en place de sa future exposition consacrée au feu. Elle sera composée de quatre grandes thématiques

  • Domestiquer et appréhender le feu : le feu à la préhistoire, les mythes de l’origine du feu, la symbolique autour du feu, la place du feu dans les sociétés.
  • Utiliser le feu : le feu dans notre quotidien, les industries et les arts du feu, les applications de pointe.
  • Comprendre le feu : la combustion, les flammes, la chimie, la physique et l’écologie du feu.
  • Se défendre du feu: la prévention et la lutte contre l’incendie, l’ingénierie de la sécurité incendie, la prise en charge et le soin des blessés.

La sensibilisation à la normalisation prendra place dans deux approches :

  • « Leçons d’histoire » : comment de grands incendies urbains ont marqué l’histoire et ont fait évoluer les techniques de lutte contre l’incendie. Cela aura pour but d’expliquer comment ces catastrophes ont contribué à changer nos manières de concevoir, de construire et d’organiser nos villes et nos sociétés.
  • « Sécurité et ingénierie incendie » : comment des objets réels montrent la richesse des solutions mises au point dans le secteur de la sécurité et de l’ingénierie incendie. L’importance de la norme sera évoquée dans le commentaire lié à l’objet présenté.

L’ouverture de l’exposition est prévue en avril 2018

Contribuer à ce projet

 

Opération de sensibilisation et communication sur les enjeux des normes d’équipements pour les situations d’urgence – Protection civile

Le Conseil d’administration du Fonds AFNOR pour la normalisation a décidé de soutenir la Fédération de la Protection Civile. Dans le cadre de la modernisation et du renouvellement d’une partie de son parc d’équipements, elle mènera une opération pilote de sensibilisation et de communication sur les enjeux des normes d’équipement pour les situations d’urgence.

Cette opération connaîtra 4 phases

Phase 1 : identification des différentes normes applicables aux équipements d’intervention de secours. Deux catégories sont créées

  • Les normes qui sanctionnent des exigences générales de qualité, de sécurité, de maintenabilité et de fiabilité
  • Les normes qui ont un impact spécifique sur les enjeux propres aux interventions sur situations graves et complexes.

Phase 2 : grâce aux critères identifiés, le choix des équipements sera mis en avant et acheté dans le cadre de la première phase de modernisation des équipements pour les 8 zones de défense de la France métropolitaine et une neuvième pour les opérations internationales.

Phase 3 : action de sensibilisation et de communication de la démarche et du thème de la normalisation de façon globale auprès des 32.000 bénévoles.

Phase 4 : synthèse de l’ensemble des résultats acquis durant l’opération ainsi que les éventuels besoins non satisfaits qui pourraient permettre d’envisager une seconde opération.

Contribuer à ce projet

 

Projets réalisés

Formation à la normalisation et ses enjeux pour les acteurs de la société civile

Le Conseil d’administration du Fonds AFNOR pour la normalisation a soutenu une action de l’Association Léo Lagrange pour la défense des Consommateurs. L’ALLDC est une association nationale de consommateurs agréée pour l’exercice de l’action civile, qui s’est donné pour mission l’information juridique et le règlement amiable des litiges de la consommation. Elle tire sa spécificité de ses origines, l’éducation populaire. Elle est affiliée à la Fédération Léo Lagrange qui fédère 357 associations et regroupe plus de 36 000 adhérents. L’action de l’ALLDC vise à informer éduquer, éveiller l’esprit critique des citoyens consommateurs.

Le projet a permis de mener des actions de sensibilisation sur le thème de la durée de vie des produits, de leur durabilité au plus près des citoyens :

  • communication sur la durabilité des produits mis sur le marché auprès des consommateurs,
  • information des consommateurs pour  leur faire prendre conscience du phénomène et préparer avec eux des réflexions et propositions  en faveur de la  durabilité des produits et de leur réparabilité, en vue de favoriser en amont, l’écoconception et la concertation avec  l’ensemble des parties prenantes.

Le projet s’est appuyé sur l’organisation en réseau de  la fédération Léo Lagrange, permettant une démultiplication des actions et touchant ainsi un très large public : 20 sessions ont été organisées en régions soit 224 participants en région.

Des actions ont été menées en direction du public pour une démultiplication de la sensibilisation auprès des citoyens sur le territoire français : sensibilisation locale des consommateurs,  des  militants d’associations et autres personnes-relais à  la notion  de durée de vie des produits, d’obsolescence et de ses conséquences.

Les débats organisés ont permis de faire émerger des propositions sur le tri des déchets (clarification des règles, signification des logos), sur la réparabilité (selon que le bien est encore sous garantie ou hors garantie, besoin de listes de réparateurs agréés) et sur l’entretien (besoin de tutoriels en ligne).

Une communication technique et actualisée a été rendue accessible à tous, en informant les consommateurs sur la thématique de la durabilité des produits au moyen d’une rubrique sur internet (dossier, quizz, fiches de vulgarisation, synthèses des propositions de l’association suite aux ateliers régionaux).

De plus, l’ALLDC a proposé le thème de la durabilité des produits dans le cadre des émissions télévisées Consomag en 2015, qui touchent 350 000 personnes en moyenne par leur diffusion sur France 2, France 3, France 4, France 5 et France O. Deux émissions ont été diffusées l’une sur l’achat d’occasion, disponible ici et l’autre sur la disponibilité des pièces détachées, disponible ici.

Soutien à l’exposition sur la carte à puce du Musée des arts et métiers

Situé au coeur de Paris, le musée met en scène plus de 2 500 objets répartis en 7 collections : instruments scientifiques, matériaux, construction, communication, énergie, mécanique, transports. Il propose des expositions, des visites guidées, des ateliers pour les plus jeunes et organise des conférences et des débats liés à l’actualité scientifique et technique. En 2013, le Musée des arts et métiers a accueilli près de 300 000 visiteurs.

Le Musée a réalisé une exposition temporaire sur le thème de la carte à puce qui se déroule du 30 juin 2015 au 3 janvier 2016. Cette exposition revient sur 40 années d’histoire technique et industrielle de la carte à puce, à l’occasion de l’anniversaire des premiers brevets de la carte à mémoire déposés en France. L’exposition a pour message pédagogique de montrer comment un objet technologique d’apparence simple impacte le quotidien et renferme de nombreuses innovations.

Le Fonds a souhaité soutenir cette exposition dans la mesure où elle met en valeur l’apport des normes dans cette technologie et cette industrie, dans laquelle la France occupe, avec ses entreprises et son écosystème, la première place. L’exposition vise à montrer le chemin qui mène de l’invention à l’industrie, et comment les acteurs en ont fait un des points forts de l’économie français. La position de la puce et la convergence vers le facteur de forme (re)connu de tous sont évoquées dans cette exposition, montrant l’importance des normes dans les choix permettant l’irruption de l’innovation sur un marché de masse et les stratégies d’entreprise visant à pénétrer ou segmenter un marché aujourd’hui mondial.

 

Projet pour une mobilisation des consommateurs en faveur de la durabilité des produits mis sur le marché

Le Conseil d’administration du Fonds AFNOR pour la normalisation a soutenu une action qui est maintenant en cours de réalisation par l’Association Léo Lagrange pour la défense des Consommateurs. L’ALLDC est une association nationale de consommateurs agréée pour l’exercice de l’action civile, qui s’est donné pour mission l’information juridique et le règlement amiable des litiges de la consommation. Elle tire sa spécificité de ses origines, l’éducation populaire. Elle est affiliée à la Fédération Léo Lagrange qui fédère 357 associations et regroupe plus de 36 000 adhérents. L’action de l’ALLDC vise à informer éduquer, éveiller l’esprit critique des citoyens consommateurs.

Le projet vise à mener des actions de sensibilisation sur le thème de la durée de vie des produits, de leur durabilité au plus près des citoyens :

  • communiquer sur la durabilité des produits mis sur le marché auprès des consommateurs,
  • les informer, leur faire prendre conscience du phénomène et préparer avec eux des réflexions et propositions  en faveur de la  durabilité des produits et de leur réparabilité
  • favoriser en amont, l’écoconception et la concertation avec  l’ensemble des parties prenantes.

Le projet est construit en étapes. Il s’appuie sur l’organisation en réseau de  la fédération Léo Lagrange qui permet une démultiplication des actions et touche ainsi un très large public.

Des actions en direction du public pour une démultiplication de la sensibilisation auprès des citoyens sur le territoire français :

  • sensibiliser  localement les consommateurs,  les  militants d’associations ou toute autre personne-relais à  la notion  de durée de vie des produits, d’obsolescence et de ses conséquences,
  • susciter le débat et faire émerger des propositions pour développer des attitudes de consommation responsable.

Tenir des sessions d’information et des débats, pour développer des propositions à destination des citoyens consommateurs finals :

  • sensibiliser les citoyens consommateurs au concept d’obsolescence des produit, à la notion de durée de vie, à la durabilité,
  • mesurer leur connaissance du sujet et leur apporter de l’information, des premiers éléments de réflexions,
  • recueillir leurs propositions éventuelles face à une politique produit à court terme.

Développer une communication technique et actualisée accessible à tous, en informant les consommateurs sur la thématique de la durabilité des produits au moyen d’une rubrique sur internet (dossier, quizz, fiches de vulgarisation, synthèses des propositions de l’association suite aux ateliers régionaux, retour d’information grand public en 2014 via les émissions télévisées Consomag).

 

Projet pédagogique sur les normes et la sécurité d’équipements sportifs

Le Fonds a soutenu le projet d’action éducative (PAE) du Lycée René Caillié des Métiers du Bâtiment, des Travaux Publics et de la Topographie à Marseille, qui a engagé des actions d’enseignement professionnel dans l’apprentissage et l’application des règles applicables et des normes volontaires d’AFNOR. Le projet lui-même consistait à l’enseignement de la prise en compte de l’environnement normatif, à travers une action concrète de construction et d’implantation de deux blocs d’escalade sous forme de Surface Artificielle d’Escalade (SAE).

Les élèves ont été invités à approfondir la conception à travers la découverte de l’environnement normatif en matière de sécurité des équipements sportifs, depuis l’identification des règles applicables et des normes jusqu’à leur mise en œuvre, en passant par leur étude et l’identification des exigences pertinentes.

Dans cette étude, ils ont été guidés pour distinguer :

  • les exigences règlementaires à caractère obligatoire,
  • les exigences de la norme volontaire, en différenciant celles critiques pour se prévaloir d’une conformité de celles qui représentent des recommandations ou des options.

Ils ont ainsi été confrontés aux choix qu’un responsable de projet doit faire pour déterminer s’il vise uniquement la conformité réglementaire, ou au-delà la conformité volontaire partielle ou complète à la norme, en mettant en lumière les enjeux associés en termes de crédibilité de la communication sur la sécurité, la qualité, l’aptitude à l’usage et la durabilité.
Ce PAE a impliqué les élèves et professeurs du lycée durant l’année scolaire 2016/2017.

L’installation du bloc d’escalade conçu par les élèves est en cours et les tests d’arrachage statiques et dynamiques sont programmés. Les certificats pourront alors être inclus dans la notice technique et d’utilisation à fournir aux services techniques de la commune de La Bouilladisse. L’inauguration et l’exposition avec les instances locales et le Fonds AFNOR pour la normalisation devraient donc se faire au printemps 2019.